Aubusson tisse Tolkien

Depuis 2016 la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson a conclu avec l’Estate (Fondation) Tolkien un partenariat exceptionnel rendu possible par le soutien de l’Union européenne.
L’accord permet la réalisation en quatre ans à Aubusson d’une série exclusive de treize tapisseries et d’un tapis, tissés à partir de l’œuvre graphique originale de J. R. R. Tolkien (1892-1973) qui a commencé à peindre et à dessiner alors qu’il était enfant et a continué tout au long de sa vie.

Historique du projet
Dès 2012, le Directeur de la Cité internationale, Emmanuel Gérard, avait pris contact avec Dominique Bourgois, éditrice en France du Seigneur des Anneaux, et l’avait convaincue de l’aspect « monumental » qui serait donné aux œuvres graphiques de J.R.R.Tolkien si elles étaient réalisées en tapisserie.
Fin 2013, Christopher Tolkien, fils de J.R.R. Tolkien, et sa femme Baillie ont reçu les responsables de la Cité, le directeur Emmanuel Gérard et le conservateur Bruno Ythier. Ils ont compris que la tapisserie constituerait un support idéal et, ensemble, ils ont sélectionné quatorze dessins et aquarelles.
Les illustrations qui seront reproduites seront notamment tirées de deux ouvrages : Le Silmarillion, publié en 1977 à titre posthume qui retrace les « premiers âges » de la Terre du Milieu, cadre des romans de Tolkien ; le second ouvrage, nommé Le Hobbit, paru en 1937, raconte l’histoire de Bilbo Baggins, embarqué malgré lui par le magicien Gandalf et une compagnie de treize nains dans leur voyage vers la Montagne Solitaire afin de récupérer leur trésor gardé par le dragon Smaug. Enfin, la dernière tapisserie « Christmas 1926 », par sa représentation fantastique du pôle nord, symbolisera la tradition familiale lors de laquelle, chaque année pendant plus de dix ans, les enfants de l’auteur recevaient une lettre du Père Noël.
Les négociations concernant les délais et les conditions de réalisation ont alors commencé avec l’Estate Tolkien et ont abouti fin 2016 avec la signature de la convention.
Le financement est assuré à 51,50 % par l’Union européenne, via des subventions du FEDER, soit 600 000 € sur un coût total de 1,165 million d’euros.

Étapes de la réalisation

  • Le point de départ est un ensemble d’aquarelles et de dessins originaux dont la plupart ne mesurent qu’une vingtaine de centimètres de côté.
  • La première étape consiste à déterminer les formats finaux de chaque tapisserie, leur écriture technique, les gammes de couleurs des laines, pour créer l’unité de la tenture tout en respectant les œuvres originales.
    Vient ensuite la réalisation des « cartons de tapisseries » servant de guides aux artisans lissiers pendant le tissage, à l’échelle des futures tapisseries. Bruno Ythier, conservateur de la Cité internationale de la tapisserie, présente ce travail de transposition : « C’est un savoir-faire aubussonnais qui est en place depuis un demi-millénaire. C’est le travail du cartonnier, il va transcrire l’œuvre ».
  • Au cours de l’été 2017, le premier carton est présenté dans un atelier de cartonnier reconstitué et dès l’automne, le premier tissage est lancé dans la Cité de la tapisserie.
  • Le 6 avril 2018 a eu lieu la première « tombée de métier » en présence de Baillie Tolkien : la tapisserie est séparée du métier à tisser et apparaît pour la première fois en entier et à l’endroit (toutes les tapisseries d’Aubusson sont travaillées sur l’envers).
  • Actuellement 5 tapisseries Tolkien ont été réalisées par les Ateliers Pinton, l’Atelier Guillot et l’Atelier Vernaudon. Elles sont visibles à la Cité internationale de la Tapisserie.
  • Au printemps 2021 sont prévues la fin des tissages et la présentation de l’ensemble de la tenture qui constitueront un mo(nu)ment exceptionnel pour Aubusson et pour la mise en valeur de l’oeuvre graphique de Tolkien.

Répondre