Défense de nos libertés : le prix Sakharov

Le Parlement européen soutient les droits de l’homme en décernant chaque année le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, créé en 1988. Le prix est décerné à des personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l’homme dans le monde, et attire l’attention sur les violations des droits de l’homme tout en apportant un soutien aux lauréats ainsi qu’aux causes pour lesquelles ils se battent. Ce prix récompense une réalisation particulière dans l’un des domaines suivants : la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales, en particulier du droit à la liberté d’opinion, la défense des droits des minorités, le respect du droit international, l’instauration de la démocratie et l’instauration de l’état de droit. Par « réalisation », il faut entendre toute production intellectuelle ou artistique, l’engagement ou l’action menée dans les domaines cités plus haut.

Décerné pour la première fois en 1988 à Nelson Mandela et à Anatoli Martchenko, le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit est la plus haute distinction accordée par l’Union européenne aux actions en faveur des droits de l’homme. Par ce prix et le réseau qui y est associé, l’Union européenne soutient les lauréats, et ainsi les valorise et les affermit dans les causes qu’ils défendent.

Oleg Sentsov, lauréat du prix Sakharov 2018

Oleg Sentsov est un réalisateur ukrainien né en 1976. Arrêté le 10 mai 2014 à Simferopol, en Crimée, il a été accusé d’avoir préparé des attentats terroristes contre le pouvoir russe en place dans la péninsule et condamné à 20 ans d’emprisonnement. Amnesty International a décrit son procès comme un procès inéquitable devant un tribunal militaire. En mai 2018, Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim.

Le 14 juin 2018, le Parlement européen a adopté une résolution sur la Russie, notamment sur le cas du prisonnier politique ukrainien Oleg Sentsov, qui demande aux autorités russes de libérer immédiatement et inconditionnellement Oleg Sentsov et tous les autres citoyens ukrainiens détenus illégalement en Russie et en Crimée.

Oleg Sentsov a été condamné pour s’être opposé à l’annexion forcée et illégale d’une partie de son pays par son belliqueux voisin, en violation flagrante du droit international et des engagements internationaux et bilatéraux de la Russie. La sentence qui lui a été infligée est devenue l’éclatant symbole du destin de 70 citoyens ukrainiens arrêtés et condamnés illégalement à de lourdes peines de prison par les forces d’occupation russes en Crimée après l’annexion de la péninsule.

Répondre