Energie renouvelable et environnement – L’Union européenne aide à la création des chaufferies biomasse

A Périgueux, le bénéficiaire est ENGIE ENERGIE SERVICES

La Ville de Périgueux a souhaité la création d’une nouvelle chaufferie bois, équipée d’une chaudière Biomasse de 3,5 MW, d’un appoint/secours Gaz, pour alimenter un réseau de 4,8 kilomètres de long. Ce projet est prévu pour desservir une grande diversité d’infrastructures à vocation sociale dont notamment des bâtiments de la Mairie, du Conseil Départemental, du Conseil Régional, une polyclinique, des résidences collectives de l’OPH et privées ainsi qu’un stade aquatique.

Pour cela, elle a signé une délégation de service public de 25 ans avec ENGIE COFELY qui est donc le porteur de projet auprès de la Commission européenne qui a accepté de fournir un cofinancement d’environ 24 %, soit 1.350.000 €. En effet, l’utilisation de la biomasse permet de substituer à un combustible polluant une énergie qui préserve l’environnement et qui utilise des matériaux locaux. La chaleur est produite à 87 % avec du bois-énergie, une ressource locale et renouvelable, provenant d’un rayon de 80 kilomètres autour de Périgueux. Ce projet permet d’éviter 3.300 tonnes de CO2 par an.

Ce réseau « des deux rives »de l’Isle, de 4,8 km de long alimente en chaleur, chauffage et eau chaude sanitaire certains bâtiments publics (appartenant à la Ville, au Conseil départemental, au Conseil régional), la polyclinique Francheville, des immeubles de l’Office public de l’Habitat, la résidence Sainte-Ursule, le collège Bertran-de-Born, le Centre de secours et la Gendarmerie ainsi que des logements de particuliers. Il propose ainsi une énergie propre, locale, déconnectée de l’évolution du coût des énergies fossiles et moins chère que le gaz : une économie moyenne de 5 % est attendue dès la mise en service du réseau

La chaufferie s’étend sur 600 m2 et abrite une très grosse chaudière capable de chauffer jusqu’à 800 degrés en période hivernale pour alimenter l’équivalent de 2.000 logements. 5.300 tonnes de bois sont consommées par an. Elle est cependant complétée par des petites chaudières gaz venant en appoint si nécessaire.

La concentration en un seul site permet une bonne technique de combustion et la mise en œuvre du traitement des rejets encadré dans un cadre juridique très strict.

A Saint-Pantaléon-de-Larche, le bénéficiaire est Green énergie Brive

Une puissante chaufferie biomasse est entrée en fonction en octobre 2019. Elle utilise les déchets de bois (7.500 tonnes par an) et elle est reliée à l’usine d’incinération des déchets ménagers, située à proximité, qui va fournir la plus grande partie de la chaleur. L’eau chaude produite, à partir de « 80 % d’énergies renouvelables et de récupération », est envoyée dans le réseau chaleur (17 km actuellement) pour alimenter des bâtiments administratifs, hospitaliers et des logements à Brive. La réalisation d’économies substantielles et la préoccupation environnementale sont les raisons qui ont incité l’Union européenne à contribuer à l’installation de ce dispositif en apportant une aide de 2.200.000 € (8,70 % du montant total).

Répondre