Le label du Patrimoine européen

 

 

Quel est le point commun entre le site de l’homme de Neandertal de Krapina en Croatie, l’abbaye de Cluny en France et le Palais impérial de Vienne en Autriche ?

Outre leur intérêt culturel et touristique indéniable, le fait d’avoir été labellisés, avec 26 autres sites, « Patrimoine européen » au cours de la dernière décennie.

Principe et historique :

Différent du titre de « Capitales européennes de la culture » qui est décerné chaque année à deux villes européennes pour les aider à mettre en valeur leur richesse patrimoniale, le Label du patrimoine européen est, un peu à l’image de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, une distinction qui vise à promouvoir des biens culturels, monuments, sites naturels ou urbains et des lieux de mémoire, « témoins de l’histoire et de l’héritage européen ». Cette labellisation a ainsi pour but de renforcer le sentiment d’adhésion des citoyens de l’Europe à une identité européenne commune et de favoriser leur sentiment d’appartenance à un espace culturel commun.

A l’initiative, en 2005, du ministère français de la culture, différents États membres de l’Union européenne ont décidé de créer le Label du Patrimoine européen. La Commission européenne a repris l’idée en 2008, le label a été formellement établi en 2011 et la première sélection des sites a eu lieu en 2013. Le prochain dépôt de candidature aura lieu en février 2021.

Fonctionnement :

Tous les deux ans, les pays participants présélectionnent deux sites au maximum. Un jury européen composé d’experts indépendants[1] sélectionne un site pour chaque pays.

Les sites sont évalués selon trois grands critères :

  1. leur valeur européenne symbolique ;
  2. la qualité du projet proposé pour promouvoir sa dimension européenne ;
  3. la qualité du plan de travail.

Un rapport publié chaque année par le groupe d’experts permet de connaître la liste des sites retenus ou non retenus.

La France compte trois sites labellisés « Patrimoine européen » :

  • l’Abbaye de Cluny (71) ;
  • la Maison de Robert Schumann à Scy-Chazelles (57) ;
  • le Quartier Européen de Strasbourg.

Le site labellisé bénéficie d’une communication au niveau européen et intègre le réseau informel des sites labellisés. La liste des sites est consultable en ligne : pour chaque site sont recensées les activités culturelles ou pédagogiques qui attendent les visiteurs.

 


[1] Ce sont des personnes possédant une expérience et une expertise confirmées dans les domaines concernés et nommées pour trois ans par le Parlement européen, le Conseil et la Commission (quatre membres chacun), ainsi que par le Comité des régions (un membre).

Répondre