Le Prix Charlemagne 2018

Le 10 mai 2018, le président de la République française, Emmanuel Macron, a reçu à Aix-la-Chapelle le Prix Charlemagne remis par la Chancelière Angela Merkel (récipiendaire en 2008) afin de récompenser de façon symbolique son engagement en faveur de l’Europe.

Qu’est-ce que le Prix Charlemagne ?

L’idée du Prix Charlemagne est née au sein du « Corona Legentium Aquensis », un cercle de lecture fondé en 1946 par Kurt Pfeiffer. Le cercle constituait un forum de discussion de la haute bourgeoisie d’Aix-la-Chapelle. Il organisait des expositions et invitait des hommes politiques, scientifiques et artistes de toute l’Europe à venir donner des conférences dans cette ville qui fut la première grande ville d’Allemagne de l’Ouest à être libérée dès l’automne 1944.

Très inquiet face au début de la Guerre froide avec la division de l’Allemagne et de l’Europe par les anciens Alliés entre 1945 et 1949, Kurt Pfeiffer cherchait un moyen de participer activement à une construction pacifique en Europe.

Le 19 décembre 1949, au cours d’une réunion du cercle de lecture, il proposa la création d’un prix qui récompenserait « la contribution la plus précieuse au service de l’entente et de la coopération en Europe de l’Ouest » et devrait avant tout permettre à l’idée d’une Europe unifiée de gagner la faveur du public. Il considère la position frontalière d’Aix-la-Chapelle comme un engagement à servir d’intermédiaire entre les peuples. Avec le nom de Charlemagne, l’idée de l’Occident chrétien entrait dans la proclamation, faisant tout d’abord référence à l’Empire carolingien en tant qu’emblème d’une volonté d’homogénéité administrative, culturelle, religieuse, de législation et d’écriture. Mais ce nom servait aussi de modèle pour l’avenir, pour l’unification de l’Europe sur le plan économique et politique.

L’idée de Pfeiffer eut un succès rapide. En mars 1950, la Société du Prix Charlemagne fut fondée.

Le 18 mai 1950, le prix fut décerné pour la première fois. Le lauréat était le fondateur du mouvement paneuropéen, le comte Richard Coudenhove-Kalergi. Puis les Pères fondateurs de l’Europe unifiée furent distingués : Alcide de Gasperi, Jean Monnet, Konrad Adenauer, Paul-Henri Spaak, Robert Schuman. Le Prix Charlemagne gagna en prestige sur le plan international.

Il fut qualifié de « plus importante distinction politique que l’Europe ait à décerner » par Helmut Kohl lorsqu’il reçut ce prix en 1988 en même temps que François Mitterrand.

Après 1989 et la fin de la division Est-Ouest en Europe, le prix célèbre désormais tous les aspects de l’intégration européenne, de la transmission des valeurs et de la protection des moyens de subsistance dans le monde ; il veut favoriser les actions à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union ainsi qu’un équilibre Nord-Sud.

Parmi les autres personnalités les plus connues honorées par ce prix, on peut citer Simone Veil en 1981, Jacques Delors en 1992, le Pape François en 2016.

Il existe aussi le Prix Charlemagne pour la jeunesse européenne dont nous parlerons ultérieurement.

Répondre