Les consultations citoyennes européennes en Limousin

La « Lettre d’information » parue en juin a fourni des explications concernant l’organisation, entre le 17 avril et le 31 octobre, de « consultations citoyennes » qui devaient permettre de mieux connaître les opinions du public sur tout le territoire français et dans 26 autres pays de l’Union européenne.

La Maison de l’Europe-Centre Europe Direct en Limousin a proposé huit consultations ou débats qui ont été labellisés par le Secrétariat général des consultations citoyennes sur l’Europe. Ces rencontres ont eu lieu à l’initiative de la Maison de l’Europe ou à celle d’associations intéressées, en Limousin et Nord-Dordogne (comités de jumelage).

Deux débats ont été animés à Limoges (87) par des experts qui ont su laisser des temps de parole suffisants au public.

  • Le 13 septembre, Baudoin Baudru, chef adjoint de la Représentation en France de la Commission européenne, est intervenu sur le thème « Le socle européen des droits sociaux », rappelant l’importance de ce texte adopté en 2017 à Göteborg dont la presse a, malheureusement, très peu rendu compte. Les enjeux nationaux et européens sont souvent mal différenciés et ce qui est voté par l’UE mal connu comme l’a admis le public présent. Des questions ont été posées sur l’importance des lobbies, sur l’immigration et la nécessité d’investir plus dans les pays de départ.
  • « L’eau, une préoccupation européenne au service des citoyens » a permis aux participants de dialoguer, le 9 octobre, avec Benoît Fribourg-Blanc, chef de projet à l’Office International de l’Eau, et avec Olivier Raynard, Directeur de la délégation Poitou-Limousin de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne. Ceux-ci ont montré la complexité de la gestion de l’eau puisque différents niveaux d’intervention existent (européen, national, régional et local) et qu’une coopération est absolument nécessaire pour protéger les ressources en eau. Les questions ont porté sur les mesures prises (et à prendre) au niveau européen pour lutter contre les pollutions, pour garantir la qualité de l’eau potable et une gestion durable des réserves de substitution.

Au cours des  autres consultations, les participants étaient répartis en petits groupes qui réfléchissaient, discutaient sur les thèmes choisis en amont puis mettaient en commun leurs avis et leurs propositions, ce qui, la plupart du temps, suscitait un débat complémentaire, enrichissant pour tous.

La thématique de la citoyenneté européenne a été le sujet de réflexion à Limoges et à Terrasson (24). Il a été remarqué que les droits étaient bien plus nombreux que les devoirs, que l’éducation à la citoyenneté était une nécessité et que, pour cela, il faudrait que les programmes scolaires soient mieux adaptés tant au niveau de l’histoire que des langues.

 A Isle (87) et à Guéret (23),  le thème retenu concernait « L’Europe, environnement et développement durable ». Si dans les deux débats les points positifs mis en avant ont été assez semblables en estimant que l’UE a un rôle moteur, les demandes ont été plus diverses concernant la lutte contre la pollution, la protection alimentaire et la santé. Il est apparu que le public attendait beaucoup de « l’Europe ».

A Tulle (19),  le thème « Education, mobilité et intégration européenne » a montré que le public plébiscitait les programmes comme Erasmus+ qui permettent les échanges et les études à l’étranger mais regrettait que ce ne soit pas plus développé et que la charge financière soit encore un frein.

A La Souterraine (23), les participants se sont interrogés sur « L’Europe et l’avenir des territoires », reconnaissant que des aides européennes existent dans divers secteurs (infrastructures, innovation, développement …) mais que les obtenir reste très complexe.

Au total, la Maison de l’Europe-Centre Europe Direct en Limousin a pu « prendre le pouls » de plus de 200 citoyens qui se sont exprimés très librement et ont souhaité que de tels débats soient à nouveau organisés. Le plus souvent, les conclusions des discussions allaient dans la direction : il faut renforcer l’UE en donnant plus d’informations, voire plus de pouvoir, aux citoyens et en allégeant la rigidité du fonctionnement des institutions.

A la lecture du compte-rendu effectué par la Fédération française des Maisons de l’Europe, nous constatons que 148 consultations ont été organisées par 32 Maisons de l’Europe, soit une moyenne comprise entre 4 et 5 par Maison. Nous sommes donc satisfaits d’avoir participé activement (8 consultations) même si nous n’avons pas atteint un nombre de participants égal à la moyenne (246), ce qui peut être en partie expliqué par les faibles densités de population sur l’ensemble du Limousin.

Les restitutions se sont faites en deux grandes étapes : tout d’abord chaque porteur de projet a envoyé  au Ministère des Affaires européennes les comptes rendus des rencontres et débats qu’il avait organisés, puis l’exploitation de ces données a été réalisée par une autorité administrative indépendante, la Commission nationale du débat public (Cndp).

En décembre, il semble donc nécessaire de rendre compte des résultats, tant à l’échelon local qu’au niveau national.

Répondre