L’information numérique et l’Union européenne

Où trouver de l’information numérique sur l’Union européenne ? La pléthore de sites internet abordant le sujet peut être déconcertante. Un classement en quatre catégories permet d’y voir plus clair.

La priorité va aux sites institutionnels.

« Europa », le site web officiel de l’UE, fournit des informations générales sur l’histoire, les symboles, les institutions, les pays membres ; un espace pour les enseignants, un coin pour les enfants, des liens avec les sites particuliers des institutions (Commission, Parlement, Conseil de l’UE…) complètent cette approche globale.

« Toute l’Europe », centre d’information sur l’Europe depuis 1992, devenu un site web francophone depuis 2006, diffuse des informations sur les questions européennes : revues de presse, infographies, cartes et comparatifs, vidéos et une présentation des pays de l’UE.

« Euractiv », réseau de médias européens, publie des articles sur l’actualité et sur les grandes questions européennes.

« Eurostat », une direction générale de la Commission européenne, chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire, produit les statistiques officielles de l’UE. Créée en 1953 pour répondre aux besoins de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier), elle fournit des données sur les domaines de compétence de la politique communautaire.

Les publications de l’UE, sur « Bookshop europa », sont consultables en ligne pour certaines (par exemple : l’UE et la crise migratoire), ou peuvent être commandées directement.

« Vie publique.fr », portail français créé en 2002 et géré par la Direction légale et administrative (Dila), propose des articles et des dossiers sur l’UE.

 

Les sites indépendants.

Ils sont très nombreux. « Diploweb.com », revue de géopolitique fondée par Pierre Verluise (docteur en géopolitique), avec des spécialistes (G. Chaliand, J. Rupnik, H. Théry), propose des cartes (un atlas de l’UE élargie), des dossiers et des articles sur les Etats membres de l’UE, les institutions et les pays candidats (relations UE – Turquie, la Serbie et l’UE…).

« Cafebabel » a été créé par des étudiants Erasmus en 2001 : magazine participatif écrit par et pour les jeunes, disponible en six langues, il cherche à « contribuer à l’émergence d’une opinion publique européenne » ; il a reçu le prix de l’initiative européenne en 2004.

« Le Taurillon » est aussi une publication des Jeunes européens France association, adhérents de moins de 35 ans du Mouvement européen-France.

« Nouvelle – Europe », projet porté par trente jeunes européens de quinze nationalités vivant dans six pays différents, est un groupe de réflexion sur l’actualité européenne, au ton informatif et neutre.

Le « blog de Jean Quatremer », journaliste à Libération depuis 1990, le site « Geoconfluences », publication géographique numérique à caractère scientifique (dossiers régionaux sur les territoires européens) proposée par le Ministère de l’Education nationale et Normale Sup Lyon, présentent un grand intérêt.

 

D’autres sites sont payants.

« Agence Europe », disponible par abonnement, fournit un bulletin quotidien ; « Contexte » se présente comme « l’info politique experte et indépendante », publie des articles sur les pouvoirs, l’énergie, le numérique et les transports.

Les quotidiens et les hebdomadaires ont tous une version en ligne ; la publication des articles dépend bien sûr de l’actualité. « Le Monde.fr » dispose de deux correspondants permanents à Bruxelles et publie des articles de fond dans ses pages « Débats ».

 

Les sites europhobes.

Enfin, il faut mentionner les sites des organismes europhobes. « L’Action française » qui souhaite instaurer une monarchie, s’oppose à l’Europe considérée comme d’esprit utopique et refuse tout transfert de souveraineté.

Le pôle de renaissance communiste en France (issu du parti communiste en 2004), anime le site « initiative-communiste.fr » où il appelle au boycott des élections européennes et à la sortie de l’UE.

« L’Union populaire républicaine » développe son programme souverainiste avec pour objectifs la sortie de la France de l’UE, de la zone euro et de l’OTAN.

« RT France », branche francophone, basée en France, de la chaîne internationale Russia Today, a pour cibles principales l’Europe et l’Amérique du Nord. Outil de propagande du pouvoir russe,  elle trouve un écho dans les milieux conservateurs et nationalistes.

Les sites de « La France insoumise » et du « Le Front national » participent aussi à cette europhobie.

Répondre