Souvent cité parmi les films les plus importants du vingtième siècle, « La Grande Illusion » est le symbole d’un cinéma universel et pacifiste. Les aventures du lieutenant Maréchal, le soldat mécano immortalisé par Jean Gabin, scellent l’amitié naturelle entre des personnages très différents. Ni historique, ni vraiment de guerre, ce film saisit les hommes dans leur complexité individuelle, hors de toute appartenance aux nations, fussent-elles en guerre.

Quand Jean Renoir  rencontre le général Pinsard pendant la Première Guerre mondiale, le projet de ce film voit le jour. Pinsard lui raconte en effet ses souvenirs de pilote de chasse ,de prisonnier et d’évadé. Le réalisateur s’inspira également de ses propres souvenirs de guerre. Il fut officier entre 1914 et 1918.

Ce film évoque aussi la fin du règne de l’aristocratie dans l’armée à cause du déclin de la cavalerie à travers les portraits croisés du Capitaine de Boeldieu et de Von Rauffenstein.