Le cinéma italien, qui est le cinéma produit ou réalisé en Italie, est l’un des principaux cinémas nationaux de l’histoire du cinéma.

L’histoire du cinéma italien a commencé quelques mois après que les frères Lumière eurent présenté au public leur appareil original, le Cinématographe, le 28 décembre 1895 à Paris : ce sont eux qui l’introduisent en Italie au cours de l’année 1896. À la fin de l’après-guerre, le cinéma italien était l’un des cinémas nationaux les plus influents et reconnus au niveau mondial, avec des mouvements très forts comme celui du néoréalisme.

Le cinéma italien se déploie dans de nombreux sous-genres, dont le fameux western spaghetti ou le giallo. Souvent méprisé par la critique, le cinéma de genre italien a pourtant donné de véritables œuvres d’art et inspiré le reste du cinéma mondial.

D’un point de vue technique, le cinéma italien se caractérise par la généralisation dès l’après-guerre de la post-synchronisation, technique de doublage consistant à réenregistrer en studio a posteriori les dialogues d’un film. Ceci facilitera l’emploi de grandes vedettes étrangères dans les films italiens, en faisant substituer par des acteurs italiens la voix d’acteurs s’étant exprimés dans des langues différentes lors du tournage.

De très nombreuses coproductions franco-italiennes font que le cinéma italien croise souvent le chemin du cinéma français. Dans les années 2000 et 2010, c’est toujours un cinéma très actif et primé.