Matera, Capitale européenne de la culture

En 2019, avec Plovdiv (Bulgarie), MATERA a été choisie comme Capitale européenne de la culture.

Histoire de Matera

Située dans un site exceptionnel au Sud-est de l’Italie, Matera, ville de 61 000 habitants, mêle avec bonheur tradition et modernité.

Avec Alep (Syrie) et Jéricho (Cisjordanie), Matera est l’une des villes les plus anciennes du monde ; les premiers peuplements remonteraient au paléolithique ; s’y installeront les Grecs, les Romains, les moines byzantins qui transformèrent les grottes en chapelles. D’autres grottes deviennent des habitations troglodytiques : ce sont les Sassi ! L’Homme, ingénieux, les a mises en valeur, a récupéré l’eau de pluie, en symbiose avec l’écosystème qui l’entoure.

Ces grottes continuent à être habitées pendant des siècles. Dans les années 1950, Matera est l’une des villes les plus pauvres d’Italie ; une pièce unique abrite une famille de six enfants en moyenne, avec les chevaux, les mulets et autres animaux ; les bébés dorment dans les tiroirs de l’unique commode ; l’humidité est suffocante ; il n’y a ni eau courante, ni égout. En 1952-1953, le gouvernement ferme ces grottes insalubres et contraint la population à déménager.

La ville s’élève en une succession harmonieuse de constructions imbriquées, creusées dans la roche, véritable labyrinthe de tuf ; ce sont 1 000 hectares, 3 000 grottes habitables, des enchevêtrements de galeries et de ruelles ; ce sont aussi 150 églises rupestres ornées de fresques et des palais baroques. Matera dégage une atmosphère mystique et offre de véritables paysages bibliques ; ainsi est-elle surnommée « la Jérusalem de l’Ouest » ou « la deuxième Bethlehem ». En 1964, elle sert de décors pour L’Evangile selon saint Matthieu de Pier Paolo Pasolini et, en 2004, pour La Passion du Christ de Mel Gibson.

En 1993, l’UNESCO inscrit les Sassi sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité, car l’ensemble est un système et un modèle de développement millénaire qui doivent être préservés pour l’avenir.

Matera, Capitale de la culture

Douze mois de festivités et 300 événements vont ponctuer Matera et ses environs : spectacles, ateliers, expositions, conférences, musiques, gastronomie, etc.

Officiellement inaugurée les 19 et 20 janvier par 54 fanfares venues d’Italie et d’Europe, la Capitale européenne de la culture a comme slogan L’avenir ouvert / Open future, faisant référence à l’avenir, à l’innovation et à l’ouverture, en mettant en avant l’inclusion sociale et l’innovation collaborative ; les jeunes Materani[1] ont décidé de participer au développement socioculturel de leur commune, conscients qu’il y a une connexion entre leur avenir et ce qui se passe maintenant.

Quelques événements :

  • Quantum danza: découvrir puis interpréter la science en pas de danse puis en arrangements ;
  • Ars excavandi: vision contemporaine de l’Histoire et de la culture de l’architecture souterraine ;
  • Poétique des nombres premiers.

Soulignons, enfin, l’existence d’un consortium japonais visant à relier les capitales européennes de la culture à l’art japonais : redécouverte du temps, des lenteurs et des liens avec la nature ; il s’agit aussi d’un voyage intercontinental afin de rechercher les points de collision et d’affinités entre les Sassi et le Mont Fuji.

Sources :

[1] Habitants de Matera

Répondre