Oslo : Capitale verte européenne pour 2019

A la lecture du World Happiness Report 2018 [1], figurent, en tête, de nombreux pays du Nord de l’Europe, scandinaves comme la Norvège, et ce depuis 2012 ; les critères sont multiples : le revenu par habitant, l’espérance de vie en bonne santé, l’égalité, le développement durable, la solidarité, la liberté, l’espace, l’absence de corruption, par exemple.

Créé en 2006 pour encourager les villes à préserver l’environnement dans leurs aménagements, le prix Capitale verte européenne est décerné par la Commission européenne. Depuis 2010, dix villes sont déjà montées sur le podium : Stockholm, Hambourg, Vitoria-Gasteiz, Nantes, Copenhague, Bristol, Ljubljana, Essen et Nimègue  pour 2018.

Le prix est décerné chaque année à une ville qui :

  • montre sa capacité à atteindre des objectifs environnementaux élevés ;
  • s’engage dans des objectifs permanents et ambitieux pour améliorer l’environnement et le développement durable ;
  • peut agir comme un modèle pour inspirer d’autres villes et promouvoir les meilleures pratiques environnementales.

 

Le jury choisit le gagnant selon douze critères la lutte contre le changement climatique planétaire, les transports, les espaces verts urbains, le bruit, la gestion des déchets, la nature et la biodiversité, l’air, la consommation d’eau, le traitement des eaux usées, l’éco-innovation et l’emploi durable, la gestion de l’environnement par les pouvoirs locaux et la performance énergétique.

Le 2 juin 2017, Oslo a reçu le prix de la Capitale verte de l’Europe pour 2019. En compétition avec Lahti, Tallinn, Gand et Lisbonne, la capitale norvégienne a été désignée grâce à son approche globale du développement durable qui intègre la biodiversité, les transports en commun, la cohésion sociale, la santé publique, l’implication des citoyens …et pour ses efforts en matière de développement durable et de réduction d’émissions de CO2. La capitale norvégienne s’est engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 % d’ici 2020 et de 95 % d’ici 2030.

Être la Capitale verte de l’Europe en 2019 est une belle reconnaissance et une opportunité de présenter la capitale norvégienne comme une véritable ville verte, tant sur le plan international que pour la population locale. En effet, avec 660.000 habitants, Oslo est une « petite » capitale mais a toute légitimité à servir de modèle à de très nombreuses villes européennes, les deux tiers de la population mondiale vivant en ville : ce sont donc aux villes de trouver les solutions pour lutter contre les dérèglements climatiques.

Les responsables politiques d’Oslo jouent un rôle important. Grâce à l’initiative baptisée Ville sans voitures, la municipalité a supprimé des places de stationnement et limité la circulation afin de laisser davantage d’espace aux vélos, aux bancs, aux espaces verts, aux fêtes de rue et autres activités pouvant rendre les gens heureux et l’air plus propre. L’amélioration des parcours cyclables, qui encouragent les citoyens à utiliser les transports actifs, figure parmi les premières réalisations de la capitale norvégienne. La participation des citoyens fait partie intégrante du processus de planification urbaine : Oslo a adopté une approche active et novatrice pour établir des liens avec ses citoyens et les inclure dans ses plans d’action. Dans ce cadre, le sport est à même de jouer un rôle crucial en matière de développement durable. La pratique régulière d’un sport et d’une activité physique contribue à la mise en place d’une société meilleure et à la protection de l’environnement.

Le 4 janvier 2019, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’hôtel de ville d’Oslo dans la célèbre salle de remise du Prix Nobel de la Paix, Karmenu Vella, Commissaire européen aux Affaires maritimes et à la Pêche, a remis le Livre vert au maire suppléant d’Oslo, Raymond Johansen, pour marquer officiellement le début de l’année de la ville en tant que Capitale verte de l’Europe 2019 : le programme a réuni près de 200 partenaires pour organiser plus de 350 événements, allant de grandes conférences internationales à de petits événements de quartier pour les habitants.

Sources :

[1] Classement des pays les plus heureux au monde

Répondre