Soutien du Fonds Social Européen (FSE) aux développeurs de l’apprentissage agricole

 

Les Centres départementaux de formation des apprentis agricoles (CDFAA) de la Creuse, de la Corrèze et de la Haute-Vienne se mobilisent pour rendre plus attractifs les métiers auxquels ils préparent, en valorisant leur accessibilité par la voie de l’apprentissage.

 

Les centres de formation.
En Creuse, le CDFAA d’Ahun propose des formations sur les métiers de l’agriculture, des services à la personne et de l’eau.
En Corrèze, le CDFAA est réparti sur trois sites qui offrent des formations différentes : à Brive-Voutezac, la filière horticole, fleuriste et aménagements paysagers; à Tulle-Naves, les métiers de l’élevage et du cheval ; en Haute-Corrèze, les métiers de la forêt et l’entretien des sols sportifs engazonnés.
Le CDFAA 87 accueille chaque année, sur 5 sites, près de 200 apprenti(e)s qui préparent, en alternance, l’un des 10 diplômes proposés, du CAPa (niveau V) à la licence professionnelle (niveau II) dans les domaines suivants : élevage et productions végétales associées, jardins et espaces verts, machinisme, arboriculture, maraîchage et maréchalerie.

Le projet.
Deux développeurs (1,5 équivalent temps plein), doivent apporter leur appui technique, leurs conseils, afin de promouvoir ces formations et mettre en relation l’ensemble des acteurs concernés. Par leurs missions de prospection des employeurs publics et privés, de relations étroites avec les professionnels de l’orientation-emploi et d’information auprès du jeune public (prioritairement celui éloigné de l’emploi), les 3 CDFAA tablent sur une augmentation minimum de 60 apprentis sur cette période.

L’aide financière du FSE.
Le projet se déroule sur trois ans du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2020. Le financement global s’élève à 245 700 € et l’aide européenne représente 55 % de cette somme, soit 135 135 €.

 

Le projet de développement de l’apprentissage proposé par le CFA «Les 13 vents» à Tulle (19) offre une réponse systémique aux problématiques de développement du nombre de parcours de formation sous statut d’apprenti(e).
L’offre de service globale proposée est conçue en articulant l’action des développeurs avec les ressources et les conditions proposées par l’environnement économique et institutionnel et permet une réponse individualisée en direction des entreprises et des candidats.
Le système d’information spécifique mis en place permettra d’améliorer la réactivité de l’offre mais aussi de créer les conditions d’un reporting fiable. L’objectif est l’augmentation significative du nombre de contrats d’apprentissage attendue de 10 % à l’issue des trois ans.
Montant global : 293 085 € dont 161 197 € donnés par l’UE (55 %).

Répondre