« Une certaine idée de l’Europe »

Une fois retombée l’effervescence de l’élection européenne et  dissipé le malaise d’une campagne au cours de laquelle les outrances et les approximations  ont nourri un débat européen escamoté, il paraît indispensable d’en revenir à la question fondamentale : quelle idée d’Europe ? La revue Le Grand Continent produite par le Groupe d’études géopolitiques (GEG), think tank domicilié à l’Ecole Normale supérieure de Paris, nous y invite à travers un opuscule intitulé  Une certaine idée de l’Europe[1]. Y sont réunies cinq conférences portant sur ce thème et prononcées au printemps 2018 par des intellectuels de notoriété internationale appartenant à des champs disciplinaires différents : en historien, Patrick Boucheron,  professeur au Collège de France, dans Ce qui a manqué à l’Europe s’interroge sur la conscience historique, la mémoire, l’histoire de l’Europe et évoque une « idée incertaine de l’Europe » ; le philosophe et homme politique  italien Antonio Negri  dans l’Europe que nous voulons, dresse le constat de la crise de l’Europe et  propose la rupture pour relancer « l’espérance d’une fabrique de l’Europe » ; avec l’Inégalité en Europe, l’économiste Thomas Piketty  montre que, si le modèle social  européen s’avère, aujourd’hui, « relativement égalitaire », d’une part, il n’en a pas été toujours ainsi, d’autre part, en initiant la concurrence fiscale, dans les années 1990, l’Europe  a créé les tensions internes actuelles que seule  une réforme démocratique permettra d’atténuer ; Myriam Revault d’Allonnes, spécialiste de philosophie morale et politique, dans Entre sens et non-sens, analyse la crise de la conscience historique  européenne à travers la mise en relation du présent à la fois avec le passé et avec le futur et pose la question de l’identité européenne ; dans Un bonheur tragique, l’historienne et psychanalyste Elisabeth Roudinesco, interroge le désir d’Europe, « là, partout » et rappelle aussi la capacité de l’Europe à « inventer les démons de sa propre destruction ».

Dans une conjoncture difficile pour l’Union européenne, autant de réflexions et de perspectives stimulantes pour le citoyen de l’Europe.  


[1] Une certaine idée de l’Europe, Champs actuel, Flammarion, mai 2019, 165 p

Répondre