Luxembourg carte2586 km2, 0,56 million d’habitants : le Luxembourg, un des petits Etats de l’Union européenne (UE), bénéficie d’une réputation flatteuse grâce à sa stabilité économique et sociale, son niveau de vie et son développement économique élevés.

L’espace, à la fois largement ouvert sur les autres puissances et avec une forte cohésion interne, accueille plusieurs institutions européennes.

Un « Grand Duché », mais avec un petit territoire : 82 km du nord au sud, 57 km de l’est à l’ouest. Son histoire commence en 963, avec la construction d’un château fort sur le rocher du Bock qui domine la ville actuelle de Luxembourg. Le comté (à l’origine) devient un duché, intégré en 1443 aux Pays-Bas, puis donné en 1815 à titre personnel au roi des Pays-Bas par le Congrès de Vienne. L’union cesse en 1890, à la mort de Guillaume III. Le Luxembourg fonde alors sa propre dynastie, dans la maison de Nassau-Weilburg, qui règne depuis cette date à la tête du pays.

C’est un pays pauvre au moment de l’indépendance. Le décollage économique se produit grâce à la sidérurgie à partir de 1879, avec la mise au point du processus de déphosphorisation du minerai de fer (la « minette » : petite mine). Dans les années 1950, une politique de diversification industrielle est mise en place. En 1980, le secteur financier, jouant le secret bancaire, devient le principal moteur de l’économie luxembourgeoise : banques, assurances qui représentent désormais un quart du PIB, emploient 44 000 personnes ; selon le Global Financial Centres Index, Luxembourg est la 12ème place financière mondiale.

C’est aussi un pôle important du paysage audiovisuel européen grâce à RTL Group, un conglomérat de médias créé en 2000 par la fusion de la Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion et de la société britannique Pearson TV. Dans 10 pays européens et en Asie, le groupe participe au capital de 48 chaînes de télévision et de 27 réseaux de radio, dont il possède un grand nombre.

Ce dynamisme économique attire de nombreux étrangers ; sur les 563 000 habitants, 46% ne détiennent pas le passeport luxembourgeois ; la majorité sont des ressortissants de l’UE. Environ 78 000 Français viennent quotidiennement travailler au Luxembourg. Cependant la cohésion culturelle, fondée sur la langue luxembourgeoise (un dialecte allemand), à la base de l’unité, reste forte.

Les différences régionales sont peu marquées : essentiellement une opposition nord-sud, sur laquelle se superposent les foyers d’activité.
Au nord, l’Oesling : ce sont les Ardennes luxembourgeoises, avec des forêts de chênes et de pins, le point culminant du pays (Wilwerdange : 560 m), des parcs naturels et des châteaux.
Au centre et au sud, le Gutland, bon pays : plateaux de grès et dépressions marneuses portent des terres agricoles.
L’ancien bassin sidérurgique au sud-ouest, un axe central d’industries récentes de Luxembourg à Diekirch, et la capitale introduisent des nuances régionales complémentaires.
Luxembourg ville, la capitale (80 000 habitants, 120 000 habitants dans l’agglomération) concentre le quartier des affaires dans la ville haute et les institutions de l’UE près de l’aéroport.Luxembourg démembrement territorial

Le Grand Duc Henri, chef de l’Etat, symbolise l’unité du pays et garantit sa stabilité ; Xavier Bettel l’actuel premier ministre, dirige le gouvernement. J. C. Junker, ancien premier ministre du pays, préside la commission européenne depuis l’automne 2014.

Le Luxembourg est un des six pays signataires du traité de Rome en 1957. Alors que son territoire était géographiquement situé au centre de l’Europe, les dirigeants ont volontairement limité l’implantation des institutions européennes pour ne pas altérer l’identité nationale. La Cour de justice de l’UE, la Cour des comptes et la BEI (Banque européenne d’investissement) sont situées à Luxembourg.

Ce panorama positif ne doit pas masquer quelques difficultés internes, en particulier le vieillissement de la population et la nécessité de diversifier les activités.

Pour plus d’infos :