La Suède

Vous pensez ne pas connaître la Suède, et pourtant !!

ABBA, allumettes, Bergman, Celsius, Garbo, Göteborg, Lagerlöf, Larsson, Lindgren, Linné, Malmö, Nobel, Strindberg, Sydow, Stockholm, cela vous parle, non ?

« Välkommen till Sverige[1] ! »

La Suède occupe un territoire qui la classe troisième plus grand pays de l’Union européenne (après la France et l’Espagne) mais avec seulement une population d’environ 11 millions d’habitants[2]. Reconnue comme nation écologique, ses neuf premiers parcs nationaux ont ouvert en 1909 et sont les plus anciens d’Europe.

Monarchie constitutionnelle à régime parlementaire, le roi Carl XVI Gustaf règne depuis 50 ans mais n’a qu’un rôle protocolaire.

La Suède a adhéré à l’Union européenne en 1995 mais n’appartient pas à la zone euro ; elle a donc conservé sa devise, la couronne suédoise. Depuis le 1er janvier 2023 et jusqu’au 30 juin 2023, la Suède assure la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

Découvrons

Le territoire suédois s’étend sur 1574 km, ce qui, nécessairement, sous-entend des paysages variés, des disparités climatiques, de faune, de flore et de mode de vie.

La forêt couvre 54 % de la Suède : hêtres, chênes, bouleaux ont du mal à rivaliser avec les conifères qui représentent à eux seuls la plus grande réserve d’Europe.

Ce qui surprend aussi, c’est l’omniprésence de l’eau : une multitude de lacs, autour de 90 000 selon certaines sources, et la mer Baltique qui imprime sa marque et façonne de nombreux archipels où la vie est calme et paisible.

La Suède est aussi le pays du soleil de minuit, celui des aurores boréales, tout au nord, en Laponie, lorsque les nuits d’hiver sont longues et celui du solstice d’été fêté le jour de la Saint-Jean (24 juin), ancienne tradition qui honore la vie.

La Suède est découpée en trois zones historiques : le Götaland et le Sud, le Svealand et le centre et l’immense Norrland qui court au-delà du Cercle polaire et organisée en 25 provinces.

  • Le Götaland, composé de dix provinces, abrite Göteborg et Malmö, deux villes-phares du pays. Sur la côte Ouest de la Suède, Göteborg, deuxième ville du royaume, abrite le port le plus important de la Scandinavie[3]. La ville héberge aussi de grandes entreprises, comme Volvo. Malmö, chef-lieu du Sud, est la troisième ville de Suède et la plus multiculturelle ; depuis 2000, elle est reliée à Copenhague par un pont routier et ferroviaire, ce qui a permis de former la région de l’Øresund, avec une partie du Danemark et de la Suède ; avec presque 4 millions d’habitants, cette région est connue comme étant la plus dynamique d’Europe.
  • Avec ses six provinces, le centre et le Svealand proposent de découvrir les côtes de la Mer baltique et l’intérieur. Stockholm, capitale du royaume, offre une mosaïque de façades, de ruelles médiévales, de bâtiments de style Baroque comme de l’Art nouveau. Il est dit que la vie y est paisible et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. En 1986, la ville a été élue Capitale européenne de la culture ; en 2010, elle fut la première Capitale verte européenne.
    Cette région possède des milliers d’îles (voire d’îlots), parfois très fréquentées ou totalement vierges. L’intérieur possède de charmants villages et villes ; il offre aussi une nature splendide, entre forêts et lacs ; c’est le véritable nombril de la Suède avec des traditions très ancrées et un artisanat recherché[4].
  • Le Norrland est un vaste espace de nature composé de neuf provinces dont la légendaire Laponie -un quart du pays- qui abrite montagnes, forêts, marais, rivières et archipels sauvages : la nature à l’état pur !

Culture

Aucun domaine n’échappe à la création.

         Le cinéma suédois a offert quelques grands noms au Septième art. Ingmar BERGMAN (1918-2007), cinéaste et metteur en scène de théâtre en est la figure de proue. Des classiques, comme Pour qui sonne le glas, Casablanca, ont fait adorer ou non l’actrice Ingrid BERGMAN (1915-1982). D’abord célèbre au cinéma muet, Greta GARBO (1905-1990), la Divine, a connu d’immenses succès avec La Saga (d’après le roman de la Suédoise Selma LAGERLÖF), Anna Karénine, Grand Hôtel. Max von SYDOW (1929-2020) s’est fait connaître au théâtre comme au cinéma, souvent à l’étranger, dans Le Septième Sceau, Pelle le Conquérant ; en 2002, il obtint la nationalité française. Bo WINDERBERG (1930-1997), écrivain puis cinéaste, est connu pour Le Dragon vert, Le Quartier du corbeau, Victoria, Adalen 31. D’autres acteurs travaillent souvent à Hollywood comme Dolph LUNDGREN (1957- ), Isabella SCORUPCO, polono-suédoise (1970- ), Peter STORMARE (1953- ).

         Une bonne part de la littérature suédoise éclot dans la première moitié du XX° siècle ; ses œuvres mettent en lumière une nature sauvage, grandiose et mystérieuse, des traditions nordiques bien ancrées, des scènes de vie campagnardes riches d’histoires merveilleuses et de contes pour enfants. Dans cette veine, le plus illustre roman suédois est bien Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma LAGERLÖF (Prix Nobel de littérature[5] en 1909). Les livres pour enfants d’Astrid LINDGREN (1907-2002) ont été traduits dans le monde entier, adaptés pour le cinéma voire pour la télévision suédoise ; Pippi Longstrump – Fifi Brindacier pour les lecteurs français- a fasciné plus d’un enfant. August STRINDBERG (1849-1912), l’auteur de Mademoiselle Julie, reste le plus célèbre des écrivains et dramaturges suédois. D’une nature complexe, son œuvre évoque le naturalisme, le symbolisme voire le mysticisme, tout en prônant une politique foncièrement de gauche. Stieg LARSSON (1954-2004), spécialiste de science-fiction et de la littérature populaire, obtint un succès mondial avec sa trilogie Millénium, rapidement portée à l’écran. Engagé contre les extrémismes de droite et les groupuscules fascistes, il porte un regard nouveau, féroce et désenchanté sur le modèle suédois.

         En musique, ABBA, dans les années 1970, reste le plus connu des groupes pop, avec une estimation de 400 millions de disques vendus. D’autres genres éclatent à la fin du XX° siècle : pop avec Roxette, Ace of Base, Europe, The Cardigans ; dance ; disco ; électro-pop avec le groupe The Knife ainsi que la chanteuse Lykke Li ; rock et ses variantes métal. D’autres courants musicaux coulent dans les veines suédoises : rap, hip-hop, reggae. La musique folklorique a toujours eu une place de choix, tout en évoluant et en se mêlant récemment aux influences du blues, du jazz et du rock avec Draupner, Hedningarna, par exemple. Grâce à des festivals réputés, le jazz occupe aussi une bonne place dans la musique suédoise avec le pianiste de jazz Jan Johansson (1931-1968), Lisa Ekdahl, Magnus Lindgren, et Lilla Lina Lyberg. Orchestres philarmoniques et symphoniques offrent un bon choix de musique classique ; les Suédois affectionnent aussi la chanson folk, les chants de chorale et l’opéra.

         La peinture suédoise s’est longtemps laissé enfermer dans des représentations de scènes de vie rurale, des paysages de nature et des portraits d’un style très national. Comme dans d’autres nations, la Suède a vu l’apparition du modernisme, de l’expressionnisme, du cubisme, de l’abstrait voire du surréalisme, tout en gardant une spécificité locale. Anders ZORN (1860-1920) est considéré comme le maître des peintres suédois et de l’impressionnisme ; il s’exprima par l’aquarelle, la peinture à l’huile et la gravure. Eugène JANSSON (1862-1915) est considéré comme un symboliste, peintre de nus masculins et d’athlètes. Carl LARSSON (1853-1919) est un artiste très éclectique, dessinateur, illustrateur, aquarelliste, fresquiste, peintre de cartons de tapisserie ; francophile, il fut aussi très populaire dans son pays et en Allemagne. August MALMSTRÖM (1829-1901), illustrateur, peintre de la mythologie nordique, fut aussi professeur et directeur de la fameuse Académie royale des arts de Suède. Carl Ludvig TRÄGARDH (1861-1899) est peintre de paysages et de scènes pastorales ; rapidement installé en France, il participa à de nombreuses expositions ; ses œuvres sont visibles dans tous les musées suédois. Bengt LINDSTRÖM (1925-2008), sculpteur, lithographe et peintre, fut influencé par l’art populaire, la mythologie et les traditions de Laponie. Ragnar von HOLTEN (1934-2009), graveur et peintre, fut un fervent représentant du surréalisme, grâce à ses liens avec la France. Carl Fredrik REUTERSWÄRD (1934-2016), disciple de Fernand LEGER, fut peintre et professeur.

         La sculpture est représentée par quelques artistes de renom. Carl ELDH (1873-1954), s’inspira du travail d’Auguste Rodin ; ses œuvres monumentales sont visibles à Stockholm. Carl MILLES (1875-1955) étudia la sculpture sous la direction d’Auguste Rodin. Gudmar OLOVSON (1936-2017) a longtemps vécu à Paris ; il est connu pour ses œuvres monumentales mais surtout pour plus de 90 bronzes de personnalités internationales. Erik DIETMAN (1937-2002) était très éclectique ; il adorait les jeux de mots et la contrepèterie ; il vécut à Paris et s’inspira de Rabelais, Duchamp, Picasso, Picabia, Joyce et Roland Topor ; ses œuvres sont souvent considérées comme les plus originales de la sculpture du XX° siècle.

Sources :


[1] « Bienvenue en Suède ! »

[2] La densité générale est de 23 hab./km2, alors que 87 % de la population vit en ville avec 1437 hab./km2.

[3] La Scandinavie ne concerne que trois monarchies constitutionnelles : le Danemark, la Norvège et la Suède. En Europe du Nord, les Pays nordiques englobent la Scandinavie, l’Islande, la Finlande et des territoires autonomes comme les îles Féroé (Danemark), le Groenland (Danemark) et les îles Åland (Finlande) ; de par son histoire et sa culture, l’Estonie est de plus en plus rattachée à cette liste.

[4] Le Cheval de Dalécarlie, en est un bon exemple ; en bois peint de couleur le plus souvent rouge, ce cheval était sculpté par les bûcherons et offert comme jouet aux enfants ; il est devenu le symbole de la Suède.

[5] D’autres écrivains suédois ont eu le Prix Nobel : Verner von HEIDENSTAM en 1916, Erik Axel KARLFELDT en 1931 (obtenu de manière posthume, alors qu’il l’avait refusé en 1918), Pär LAGERKVIST en 1951 et conjointement Eyvind JOHNSON et Harry MARTINSON en 1974, dont le choix créa une controverse.

Crédits photo: Stadshuset City Hall © EC – Service audiovisuel – 2021 – Scott Lakey

0 commentaires