Le programme EPICO

Né en 2015, EPICO est un protocole ou un programme de recherche européen en conservation préventive des demeures historiques, notamment des résidences royales européennes[1], qui accueillent du public. Cinq institutions basées en France, en Italie et en Pologne ont partagé leurs ressources et établi une méthode simple et adaptable de préservation efficace du patrimoine.

Coordonné par le Château de Versailles, EPICO fédère des spécialistes comme des scientifiques et des historiens de l’art qui apportent leur expertise afin de protéger et conserver au mieux des collections riches en mobilier, objets d’art, tableaux, sculptures par exemple. L’objectif est de développer une méthodologie d’évaluation et de planification grâce à des outils qui donnent une vision globale de l’état et des conditions de conservation des collections, tout en mettant en exergue ce qui les altère, en priorisant les actions et en évaluant les dépenses nécessaires. Ainsi, les entretiens préventifs réguliers limitent sensiblement les actions de restauration lourdes et coûteuses.

L’Europe fourmille de demeures historiques dont certaines accueillent du public dans le but de transmettre leur histoire ; ces lieux ont leur spécificité bien affirmée, mais ils sont tous confrontés à leur passé et à leur réalité présente. Aujourd’hui ces résidences se transforment en espaces de réceptions, de manifestations et d’activités nouvelles qui, souvent, se heurtent à l’architecture, à la configuration propre des différentes salles dont la vocation première était autre : bâtiments et collections peuvent donc souffrir de cet afflux de public.

La méthode EPICO entend présenter l’état d’une demeure dans sa globalité afin de prioriser les interventions et planifier une stratégie d’analyse des conditions et d’état de conservation des collections. Un plan de conservation préventive repose essentiellement sur un diagnostic juste et précis. La finalité de ce programme est primordiale : il s’agit de préserver le patrimoine européen pour construire un futur meilleur.

Pour l’instant, huit institutions européennes ont collaboré ou appliqué la méthode EPICO : le Centre de recherche du Château de Versailles ; le Centre de conservation et de restauration  du Palais royal de Venaria de la famille de Savoie, en Italie ; le Musée du Palais du Roi Jan III à Varsovie ; le Réseau des Résidences Royales Européennes ; l’Université de Paris I – Sorbonne ; le Château de Maintenon ; le Palais National de Queluz, Parques de Sintra et Monte da Lua au Portugal ; le Palais de Sanssouci en Allemagne.

EPICO est lauréat du Prix du patrimoine culturel de l’UE-Concours Europa Nostra 2018, pour trois domaines pertinents : le monument, le décor et la collection.

Sources :


[1] Il s’agit de résidences construites ou acquises par un souverain (princier, ecclésiastique, royal ou impérial) pouvant être encore aujourd’hui partiellement en fonction mais qui doivent être ouvertes au public. « Les institutions chargées de la gestion de ces résidences doivent être permanentes ; elles acquièrent, conservent, protègent, restaurent, maintiennent et mettent en valeur les biens culturels (bâtiments, collections et jardins) dont elles ont la charge à des fins d’études, d’éducation et de transmission des savoirs », selon les statuts de l’Association des résidences royales européennes ; l’association est membre de

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *